Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

BALKIARA LA GRANDE GUERRIERE PHILOSOPHE

Si mes écrits vous dérangent, sachez que vous n'êtes pas obligés de venir les lire.

Page principale

Être aimée à nouveau !

Voici un passage très récent du Jeu de Rôle sur lequel je joue et comme d'habitude il ne s'agit que de fiction. Par contre le nom de mon partenaire est remplacé par "xxxx" pour ne pas divulguer d'infos sur le jeu aux joueurs qui viendraient lire ce texte :

Balkiara regardait xxxx  avec tendresse et son étonnement sur le fait qu’elle puisse avoir peur pour lui, fit naître un sourire sur ses lèvres. Elle ne savait pas elle-même pourquoi elle ne le craignait pas, mais c’était ainsi. Elle se sentait bien à ses côtés et il était assez rare qu’elle éprouve cette sensation. Il pouvait être un Démon, à ses yeux il était celui qui avait toujours répondu à son appel, celui avec qui elle avait eu envie d’avoir un enfant, celui qu’elle avait décidé de servir. Lorsqu’il aborda à nouveau son départ, la tristesse réapparut sur son visage.

- Je t’attendrai aussi longtemps qu’il le faudra, mais tu n’es pas encore sur les routes que tu me manques déjà.

Elle mit la bourse entière dans la main de xxxx . Elle avait suffisamment de richesses pour pouvoir se permettre d’entretenir celui à qui elle venait d’offrir son cœur. Déjà de nombreuses idées germaient dans son esprit afin de s’occuper pour les jours passent plus vite et ainsi son absence paraîtrait relativement courte.

- Tu peux prendre la totalité de cette bourse, cela ne me fera nullement défaut. Surtout fais bien attention à toi et tiens-moi au courant.

Lorsque Balkiara mit la bourse dans la main de xxxx, celui-ci garda celle de Balkiara. La regardant dans les yeux, il lui sourit pour la première fois d'une façon presque humaine. Tout était étrange... un humain s'inquiétait de la survie d'un Démon, et celui-ci semblait lui témoigner égard et tendresse... Approchant ses lèvres de la main qu'il avait gardée, il l'effleura des lèvres. Elles étaient froides, et pourtant, ce froid n'était désagréable... il montait même, montait jusqu'à son visage, et voilà qu'il s'emparait des lèvres de la Duchesse. En effet, de baise main, xxxx était monté jusqu'à la bouche de Balkiara, et écartant sa tête en arrière, il lui lâcha enfin la main, pour lui adresser une noble révérence.

- Comme dirait xxxx, ma Dame, avec tout le respect que je vous dois, nos chemins doivent à présent se séparer, mais si les aiguilles du temps s'éloignent, ne finissent-elles toujours par se retrouver ?

Il s'agissait là de la formule si chère à xxxx, que notre Démon connaissait à présent par cœur. xxxx tournait déjà dos à la Duchesse, et c'est sans autres mots qu'il se dirigea vers la porte pour l'ouvrir et traverser l'âtre d'un pas ferme. Ne laissant aux gardes le temps de la refermer, le Démon le fit, en regardant une dernière fois sa Dame. Les rats alentours vous auraient alors juré qu'il lui avait fait un dernier sourire, mais bon, si vous ne voulez me croire, c'est votre problème...

Lorsque les lèvres de xxxx effleurèrent sa main pour ensuite remonter jusqu’à ses lèvres, elle fut parcourue d’un frisson et ferma les yeux pour ressentir encore mieux cette nouvelle envie qui prenait naissance en elle. Et c’est alors, qu’il s’empara de ses lèvres… elle le laissa faire sans aucune résistance, lui rendant son baiser avec beaucoup de tendresse et prête à aller plus loin s’il le souhaitait. Mais il s’écarta pour effectuer une magnifique révérence qui la fit sourire. Il était vraiment extraordinaire qu’un Démon puisse être aussi doux et avoir d’aussi belles manières, mais ça ne devait probablement être que pour elle, ce dont elle retira une certaine fierté. Il était le premier à obtenir autant de faveurs de la part de la Duchesse Morvoroise depuis son veuvage et, pour elle, être de nouveau femme lui fit énormément de bien. S’il n’avait quitté la forge, elle aurait bien renouvelé les ébats amoureux qu’elle avait appréciés au plus haut point, mais il en était autrement puisqu’il devait se rendre dans le Sud. L’idée qu’à son retour leurs étreintes seraient plus enivrantes lui fit souhaiter un voyage de courte durée. Elle le regarda se diriger vers la porte et l’image des aiguilles se retrouvant présageait des retrouvailles plus qu’amoureuses… du moins l’espérait-elle !

- J’espère que ces aiguilles du temps se retrouveront rapidement et que tes sentiments à mon égard n’auront pas changé !

Elle aurait juré qu’il lui avait souri, mais un Démon souriant à une mortelle était tellement impensable que durant quelques secondes elle crut avoir imaginé ce sourire pour ensuite se convaincre qu’il l’avait réellement effectué. Ainsi donc, elle pourrait gardé de lui cette attitude amoureuse. La porte se referma et elle s’y précipita afin de le regarder s’éloigner majestueusement. Elle l’ouvrit donc, ordonna au garde se trouvant en faction de transmettre à tous les soldats morvorois qu’à dater de ce jour le Seigneur xxxx  bénéficiait d’un régime privilégié et qu’il pouvait, de ce fait, aller et venir dans Shor’Goroth comme il l’entendait. Il était donc bien évident qu’il pouvait entrer et sortir de la forteresse sans passer par la fouille et le dépôt des armes. Elle ne le quittait pas du regard, imaginant qu’elle se précipitait de nouveau dans ses bras, mais elle ne pouvait avoir une telle attitude devant ses sujets et resta donc là, adossée au chambranle de la porte de la forge. Après de nombreuses minutes passées à méditer sur l’avenir, elle décida de se rendre à la bibliothèque. 

Ecrit par Balkiara, le Lundi 7 Janvier 2008, 22:24 dans la rubrique "Jeux de Rôles".

Repondre a cet article

Espace connexion

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Où discute-t-on activement ?

Au fil des mois !